Évolution historique de la psychologie au 20e siècle selon les cultures

Ces dernières années, plusieurs disciplines scientifiques se sont développées. Toutes aussi importantes les unes que les autres, elles ont considérablement participé à l’équilibre de la société actuelle. C’est d’ailleurs le cas de la psychologie, qui n’a cessé de faire des progrès depuis son avènement. Découvrez dans cet article, l’évolution de cette science au 20e siècle selon chaque culture.

La psychologie aux États-Unis

Aux États-Unis, jusqu’au début des années 1960 la psychologie était essentiellement limitée à des considérations purement pratiques. En voulant l’assimiler à des domaines de la société tels que le travail ou les entreprises, les Américains la limitaient uniquement aux comportements visibles et manifestes des individus. On parle de behaviorisme. Ce mouvement fut dirigé par un psychologue dénommé John B. Watson. Cette conception de la psychologie ne prend donc pas en compte l’étude des phénomènes mentaux de l’individu.

 

La psychologie en France

Après de timides intrusions, ce n’est qu’à la fin du 19e siècle que la psychologie semble vraiment prendre son envol en France. En effet, à cette époque, toutes les notions qui lui sont relatives gravitent autour d’un seul homme : Théodule Ribot. Il est considéré comme l’un des plus grands pionniers de la psychologie expérimentale et de la psychopathologie. Pour lui, la notion devrait s’étendre à un peu plus que l’étude du comportement. Elle doit aussi englober l’étude des phénomènes psychiques, même chez les animaux. Il fait donc un pas de plus que son homologue américain.

La psychologie en Allemagne

La psychologie scientifique naît grâce à un physiologiste et psychologue allemand du nom de Wundt Wilhelm Max. Né en 1832, celui-ci fait ses études de psychologie à Berlin avant de devenir un peu plus tard enseignant à l’université d’Heidelberg. Il développe une théorie dénommée structuralisme ou théorie du contenu. Celle-ci accorde un point d’honneur à l’observation de l’esprit actif en conditions normales, plutôt qu’aux déductions.

La psychologie en Russie

Le plus acteur du domaine reste le médecin chercheur russe ” Ivan Pavlov. À la suite de ses nombreuses recherches, on lui assimile après 1904, le réflexe de Pavlov encore désigné sous l’appellation de Réflexe conditionné. Celui-ci désigne tout simplement, la réaction que peut avoir un individu de façon spontanée, quand il se retrouve plusieurs fois dans les mêmes conditions.

chezbicephale

Revenir en haut de page