Crapule
28 pages N&B - 17x25 cm - 5 €

















 

Évitons dès l'abord toute confusion :
Crapule
, publié chez Bicéphale, n'a absolument rien et tout à voir avec Crapule, publié chez The Hoochie Coochie ; merci.







« Comprise dans des décors qui brillent par leur sobriété, la poésie des dialogues et l’emphase qui emporte les personnages pourraient rappeler des mises en scène de pièces de théâtre. Mais la scène n’est pas le seul lieu de l’exaltation d’un discours où les textes sont travaillés pour le rythme et le lyrisme des consonances. Ils s’incarnent ici véritablement par des mises en pages qui repensent constamment le dialogue qui naît de la coprésence d’un texte et d’une image et induisent une lecture attentive proche de la réflexivité. »






« (...) Crapule étend encore l’espèce de surface intérieure piégée dans ces contours dits « Caporal » et « Commandant ». Ces silhouettes sont de moins en moins des personnages et de plus en plus des mondes, et c’est contre une forme de chaos organique généralisé que leurs corps, lentement, semblent avoir choisi la voie d’une condensation épique : leurs organes sont tous les récits possibles, à partir du moment où semble entendu que tout récit naît et meurt dans une guerre. »
L.L. de Mars - dans Bouquet d'Hiver sur Du9






« Hier soir, comme j'étais d'humeur gaie, j'ai lu Crapule : pour changer, je n'ai rien compris mais cette fois encore moins que d'habitude. Félicitations : plus ça va, plus la prose devient désarticulée et impénétrable. Enfin je me demande comment c'est possible de ne rien comprendre à une BD et d'être par elle déprimé. On dira que c'est parce qu'hypnotisé par ma foi dans la révolution (qui vient), je ne veux pas comprendre car j'ai cru y lire quelque horrible allégorie. Par ailleurs, c'est très beau. »
Anonyme - début du XXIème siècle






Lire un vieil entretien de J. & E. LeGlatin
d'avant qu'ils ne se taisent
(désirez-vous une bibliographie exhaustive de C&C ?)



Bicéphale